Compte-rendu du Comité de lecture du 16 septembre 2017

Etaient présents : Geneviève Lévêque, Laurence Lhuillier, Fabienne Thorelle, Jeanine Pernette, Maïté Laureau et …Cécile Rémi.

Commençons cette rentrée littéraire par quelques titres qui ont interpellé quelques unes d’entre nous :

 

« La tresse »  de Laetitia Colombani : Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté :Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école. Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

 

« Qui ne dit mot consent » de Alma Brami

Dans ce terrible huis clos, Alma Brami dresse brillamment le portrait d'une femme meurtrie pour qui le couple est devenu un piège.


« Point cardinal » de Léonor de Recondo

La mue inéluctable d'un père de famille qui a choisi d'être femme. La mue, aussi, de son entourage... Avec des phrases limpides, des mots simples et d’une poignante justesse, elle trace le difficile chemin d’un être dont toute l’énergie est tendue vers la lumière. Par-delà le sujet singulier du changement de sexe, Léonor de Récondo écrit un grand roman sur le courage d’être soi.

 

« Mercy, Marry, Patty » de Lola Lafon

Lola Lafon nous entraîne en Californie, en marge du procès de Patty Hearst, petite-fille du magnat William Randolph Hearst, kidnappée par l'Armée de libération symbionaise (ALS) en 1974. Un roman qui ausculte avec finesse les non-dits béants d'une Amérique opulente.

 

« Les Bourgeois » d’Alice Ferney

Alice Ferney revisite les grandes heures du passé d’une famille bourgeoise : tout un siècle français passé au tamis. Ils sont Bourgeois de père en fils parce que c’est (aussi) leur patronyme. Ils partagent des valeurs, le sens du devoir, acteurs de l’histoire nationale et de la légende de leur lignée

 

« Summer » de Monica Sabolo

Une jeune fille de 19 ans disparait un jour lors d'un pique-nique au bord du lac Léman laissant dans une grande détresse ses parents et surtout son jeune frère Benjamin, le narrateur du livre qui ne se remettra jamais vraiment de cette disparition, et qui va tenter d'en résoudre les mystères 25 ans après.

Un roman envoûtant où sont mis à jour, sous une plume musicale, les lourds secrets d'une bourgeoisie clinquante, et les mirages d'une jeunesse dorée.

Sélectionné pour le Goncourt

 

« La nuit des béguines » d’Aline Kiner

Mêlant Histoire et fiction, c'est une réelle plongée imagée et sensorielle dans un Moyen- Âge teinté de modernité que nous offre l'autrice, auprès de ces femmes solidaires malgré le contexte « actuel » (procès des templiers, course contre l'hérésie) qui leur est donné de vivre et qui les oppresse.

Passionnant et très documenté

 

« Douleur » de Zeruya Shalev

Romancière israélienne, auteur de « Ce qui reste de nos vies »

Dix ans après avoir été blessée dans un attentat, Iris semble avoir surmonté le traumatisme. Malgré des douleurs persistantes, des problèmes avec ses enfants et un mariage de plus en plus fragile, la directrice d’école ambitieuse et la mère de famille engagée qu’elle est s’efforce de prouver qu’elle contrôle la situation. Tout bascule cependant le jour où elle reconnaît, sous les traits d’un médecin qu'elle consulte, Ethan, son premier amour, qui l’avait brutalement quittée lorsqu’elle avait dix-sept ans.

 

Et n’oublions pas de mentionner ce livre sorti en 2016 qui mériterait, peut-être, d’être lu par nombre de personnes

« Notre France , dire et aimer ce que nous sommes » de Raphaël Glucksmann

Génial. Un livre qui démontre que la France présentée par les réactionnaires conservateurs, chantres du repli sur soi et du c'était mieux avant est une France fantasmée qui n'a jamais existée. Il part de la question de l'identité : qu'est ce qu'être Français ? le droit du sang? du sol ? La langue ? La religion (cliché : France fille aînée de l'église) ? et il démonte tout cela avec des rappels historique puis il définit ce qu'est la France depuis des siècles : cosmopolite, humaniste, européenne, révolutionnaire,existentialiste.

 

Pour les passionné(e)s d’histoire d’autres livres méritent une certaine attention :

« La bâtarde d’Istanbul » d’Elif Shafak

Un roman de femmes qui permet de découvrir la Turquie à travers le destin de la « bâtarde », fille d'Istanbul, et la belle-fille de son oncle, fille d'un Arménien et d'une Américaine.

Roman où le poids de l’Histoire est très présent, où le génocide arménien est évoqué, avec ses conséquences sur la diaspora.

 

« Bas les voiles » de Chahdortt Djavann

Si le voile est à la mode, c'est que la réalité est voilée, clame avec force cette jeune anthropologue iranienne à qui l'intégrisme imposa le foulard pendant dix ans. Le voile n'est respectable à aucun prix, rappelle-t-elle, car il promeut la culpabilité d'être femme : tout comme les victimes d'un viol, les voilées se sentent honteuses, intrinsèquement impures de l'intérieur. Pour Chahdortt Djavann, le voile est l'étoile jaune de la condition féminine !

 

Un autre livre intéressant : « Le procès de la Reine Marie Antoinette »

 

A mentionner quelques livres relatifs à la science-fiction :

« Station Eleven » d’Emily St.John Mandel

Centré sur la pandémie mais s’étendant sur plusieurs décennies avant et après, ce livre entrelace les destinées de plusieurs personnages dont les existences ont été liées à celle d’un acteur connu, décédé sur scène la veille du cataclysme en jouant Le Roi Lear. Un mystérieux illustré, Station Eleven, étrangement prémonitoire, apparaît comme un fil conducteur entre eux

 

« Notre vie dans les forêts » de Marie Darrieussecq

La romancière décrit un monde futuriste où les robots surveillent tout et où les clones sont rois : Viviane et son clone fuient un univers robotisé, sous constante surveillance... Plume alerte et subtile, l'auteure de « Truismes » captive au fil de cette dystopie.

Ces livres nous font penser au splendide livre « La Route » de Cornac McCarthy

 

Des livres anciens ont aussi retenus l’attention :

« Femmes amoureuses » de D.H.Laurence

Très bonne étude des sentiments amoureux sur une saga familiale.

Comme « L'Amant de Lady Chatterley », cette grande œuvre romanesque fit scandale et dut attendre quatre ans avant de trouver un éditeur.

 

Une de nos lectrices est passionnée par le japon

« Sato San , le maître des corsets » de Roland Brival

Grandir à Osaka dans l'intimité d'une mère dont les talents de couturière, experte en l'art des corsets, sont la cause d'un incessant ballet de femmes venues essayer leurs somptueux articles. L'expérience, il est vrai, a de quoi fasciner un jeune garçon à l'imagination débordante.

 

« Eclipses japonaises » d’Eric Faye

Eric Faye saisit l'imaginaire et la vie secrète de ces destins dévorés par un pays impénétrable et un régime diaboliquement autoritaire. Eric Faye saisit l'imaginaire et la vie secrète de ces destins dévorés par un pays impénétrable et un régime diaboliquement autoritaire.


À la demande de plusieurs lectrices, je dresse la liste des livres des auteurs du festival « Clameurs », livres qui se trouvent à la Maison des Associations :

-          Jean Claude Kaufman : « Saint Valentin, mon amour »

-          Françoise Cloarec : « L’indolente »

-          Line Papin : « L’éveil »

 

Liste des livres achetés :

            - « Comment vivre en héros ? de Fabrice Humbert                           Ed. Gallimard

            - « Premières neiges sur Pondichéry »de Hubert Haddad                 Ed. Zulma

            - « Le jour d’avant » de Sorj Chalandon                                             Ed. Grasset

            -  « Summer » de Monica Sabolo                                                       Ed. Lattès

            - « L’art de perdre » de Alice Zenitzer                                               Ed. Flammarion

            - « Le tour du monde du roi Zibeline » de J.Christophe Rufin           Ed. Gallimard

 

Le prochain Comité de lecture aura lieu le Samedi 18 Novembre 2017

A la Librairie de l’Ecritoire à Semur

à 14h30